M.A.N, femme mélomane

Marina Anne Nolles
Marina Anne Nolles, alias M.A.N est une femme, a remporté en décembre dernier le concours d’Arts vivants 11, dispositif d’accompagnement des jeunes artistes audois soutenu par le Département.

Publié le

Six ans après avoir « osé » envisager sa passion comme un métier, Marina Anne Nolles ne regrette pas son audace. En décembre, la jeune femme a remporté le concours Vice Versa d’Arts vivants 11. Avec, à la clé, 18 mois d’accompagnement et d’aide à la réalisation de son projet musical. Déjà, Marina fourmille d’idées avec son nouveau quintet, venu étoffer l’univers blues folk trip-hop qu’elle avait construit avec guitare et sons électro.

« Petite fille rêveuse qui aimait raconter des histoires », Marina a toujours eu l’oreille tendue vers la musique, bercée par les mélodies de son père saxophoniste et la culture musicale folk et Motown de sa mère, Américaine. 
Étudiante, pourtant, elle aspire à devenir journaliste. Elle enchaîne Hypokhâgne et Sciences-Po… mais sa dernière année dans une université mexicaine bouleverse ses plans. Elle y découvre l’histoire de la musique et l’histoire de l’art.

À Malves, je me suis sentie chez moi pour la première fois. 

Marina, à ce moment-là, n’est pas « encore » artiste. Embauchée dans une maison de disques à Montréal, l’idée continue de faire son chemin. « S’assumer artiste, ça prend du temps… » C’est finalement après un séjour en Nouvelle-Zélande qu’elle entrevoit enfin son horizon : s’accomplir pleinement en tant qu’auteure-compositrice et interprète. Marina Anne Nolles devient M.A.N est une femme.

Elle revendique un attachement viscéral à la terre minervoise qui l’a adoptée, il y a 6 ans, quand elle s’est installée à Malves. « Je me suis sentie chez moi pour la première fois. Je crois que sans cet ancrage, je ne pourrais pas vivre tout le reste. » 

Si M.A.N a une voix de velours, ses mots griffent. Elle signe des textes en anglais engagés et féministes qui font mouche. Depuis deux ans, M.A.N multiplie les scènes. En 2017, elle faisait la première partie de Cocoon à l’affiche du festival Off de Carcassonne. Sa collaboration avec le compositeur Étienne Zénone et « son corpus musical fait pour les films à la Tarantino, avec une touche européenne à la Portishead » correspondent à son métissage. « Un côté très esthétique, avec un petit truc qui cloche. » Et qui accroche !

•    Suivez M.A.N est une femme sur Facebook : @marinaannenolles