Archives départementales, Patrimoine, Sport

La petite reine à l’assaut de Carcassonne

Tour de France
AD11 2Fi5544 - Passage du tour de France dans l'Aude en 1998, photo prise à Mouthoumet. © Archives départementales de l'Aude

A l’occasion du passage du Tour de France à Carcassonne, les 9 et 10 juillet prochains, revenons sur l’histoire du cyclisme dans cette ville, au siècle dernier.

Publié le

Créé en 1903, dans un contexte de développement du sport cycliste, le Tour de France devient peu à peu l'un des évènements sportifs les plus populaires du pays. Bien qu’ils soient retombés dans l’anonymat aujourd’hui, plusieurs Audois ont participé au Tour de France depuis ses origines. En 1905, Eugène Ventresque a ainsi terminé 22e de la célèbre course. 

Des cyclistes audois dans la course

Plusieurs associations cyclistes existaient alors à Carcassonne : le Guidon carcassonnais, le Vélo club carcassonnais, l’Union cycliste carcassonnaise et la section cyclisme de l’Association sportive carcassonnaise en sont des exemples. L’ASC cycliste connut d’ailleurs un grand succès.


Antonio et Engel Bertola, Antonio Prior, Guillaume Chavard, Emile Clément, Elys Cipriano, Jean Thomas, Philippe Agut, Brice Bourrounet, José Souza, Jean Ghilardi, Robert Laborde, Jésus Martinez, Paul Puel, Gilbert Pujol, sont autant de noms qui ont marqué l’histoire du cyclisme, qu’ils soient Audois de naissance ou d’adoption (beaucoup d’entre eux étaient en effet Espagnols). Vous retrouverez leurs portraits dans les deux articles de Jacques Blanco sur l’histoire du cyclisme à Carcassonne (cf. bibliographie). 

Jacques Blanco présente entre autre Rafael Ramos. Né en Espagne en 1911, arrivé en France en 1919, il est sélectionné dans l’équipe d’Espagne pour son premier Tour de France en 1937. Il abandonne suite à une chute, mais remonte en selle l’année suivante et termine 19e. Pendant la Seconde Guerre Mondiale, il bénéficie d’un laisser-passer entre Carmaux et Alet-les-Bains, grâce à son statut de coureur professionnel. Il en profite alors pour amener du courrier et des messages aux guérilleros espagnols des brigades internationales, dans les maquis de la Montagne Noire et des Pyrénées. Il gagne ensuite plusieurs courses au stade Albert Domec, puis prend sa retraite en 1948.

De 1940 à 1944, peu de courses cyclistes ont eu lieu, les hommes étant soit à la guerre, soit prisonniers, soit au STO, soit cachés. Les courses reprennent à partir de 1945. Le 31 août 1947, le Grand Prix de Carcassonne est gagné par Jacques Dupont, qui sera ensuite champion de France et champion olympique.

Carcassonne, ville étape du Tour de France

En 1947, c’est la reprise du Tour de France après l’interruption liée à la guerre. Et c’est la première fois qu’il s’arrête à Carcassonne, le 11 juillet, avec l’étape Montpellier-Carcassonne qui se termine au vélodrome de la Pépinière (stade Albert Domec). Le lendemain, les coureurs repartent vers Bagnères-de-Luchon.

Quatre ans plus tard, le 19 juillet 1951, Carcassonne accueille la 15e étape du Tour de France (Luchon-Carcassonne). Il faudra ensuite attendre onze ans (8 juillet 1962) pour que le Tour de France s’arrête à nouveau dans la préfecture audoise. Au total, de 1947 à 2020, le Tour de France s’est donc arrêté dix fois dans la ville.

D’autres courses audoises ont fait partie du programme international

En 1949 avait été créé le grand prix du Midi-Libre, aujourd’hui disparu. Cette course faisait étape à Carcassonne presque chaque année, avec une arrivée sur le Boulevard Barbès. La dernière course a eu lieu en 2002.

En 1957, Jean Thomas crée le Tour de l’Aude cycliste, qui fusionne en 1987 avec celle du Midi-Libre. Le Tour de l’Aude féminin a, quant à lui, cessé en 2010.

Bibliographie

 

  • Blanco (Jacques), « Le cyclisme et ses champions à Carcassonne de 1935 à 1947 », Bulletin de la Société d'Etudes Scientifiques de l'Aude, tome 112, 2012, p. 113-120.
  • Blanco (Jacques), « Le cyclisme et ses champions à Carcassonne de 1948 à 1960 »,  Bulletin de la Société d'études scientifiques de l'Aude, tome 113, 2013, p. 103-111.