Aménagement du territoire

Voie verte du canal du midi à Montségur : du rêve à la réalité

Une fois achevée, la voie verte s’étendra sur 47 km et permettra aux cyclistes, cavaliers et piétons de rallier Bram ou le Canal du Midi depuis Montségur.

Relier le Canal du Midi au site Pays cathare de Montségur, via une ancienne voie ferrée désaffectée, tel est le pari relevé par les Départements de l’Aude et de l’Ariège. Un projet touristique qui favorise les déplacements doux et qui s’inscrit dans le plan départemental vélo 2018-2022. Les travaux débutent en septembre sur le premier des quatre tronçons qui feront la jonction, d’ici 2023, entre Bram et Sainte-Colombe-sur-l’Hers. Présentation.

Publié le

La future voie verte Bram-Montségur se greffera sur un réseau dont la colonne vertébrale est la voie verte le long du Canal du midi. Et ce projet avance : c’est parti pour six mois de travaux entre Sainte-Colombe-sur-l’Hers et Chalabre. Les tractopelles entrent en action en cette rentrée, et jusqu’en février, dans le cadre de l’aménagement du premier des quatre tronçons qui relieront, d’ici 2023, Bram et le Canal du Midi à Montségur dans l’Ariège.

D’une longueur totale de 47 km, la voie verte sera alors ouverte aux cyclistes, cavaliers et piétons pour un périple en pleine nature et un voyage dans le temps en Pays cathare.

Quatre secteurs concernés

Depuis la première étude de faisabilité en 2012 et les rencontres avec la population, le Département a décidé de lancer, sans attendre, une série de travaux sur près de 70 ponts et une vaste opération de débroussaillage a été opérée en 2018. Afin de respecter les directives de protection des espèces, notamment en période de reproduction, la voie verte sera réalisée en quatre périodes de six mois (de septembre à février) sur quatre tronçons d’une dizaine de kilomètres chacun. Quatre secteurs sont donc concernés : de Saint-Colombe-surl’Hers à Chalabre, de Tréziers à Escueillens, de Bellegarde-du-Razès à Cailhau et enfin de Cailhavel à Bram. Cette voie verte constituera un nouvel atout touristique pour notre département.

Des arbres fruitiers plantés

Deux associations, Atout fruit et Traverse 119 font déjà vivre la voie verte. Atout fruit agit avec le soutien financier du Département pour protéger et développer les variétés fruitières du territoire de la vallée de l’Hers. Depuis 2017, plus de 200 arbres ont été plantés le long de la voie, dont 34 variétés de noisetiers à Lavelanet et 20 variétés de figuiers à Bellegarde-du Razès. L’association, qui a désormais ses bureaux dans l’ancienne gare de Chalabre, appelée à être restaurée, mène aussi des actions de greffage, comme en mars, à la pépinière départementale de Nébias avec des amateurs. Elle sensibilise aussi les enfants des écoles. Autant d’actions récompensées par le trophée Biodiversité et tourisme, remis en juillet par la Région. De son côté, Traverse 119 propose des randonnées comme les Rondes de la voie verte, avec l’objectif de développer le tourisme sur ce territoire riche en paysages et patrimoine.

Des chauves-souris sauvées

Le projet de la voie verte, qui a fait l’objet d’une étude d’impact, développe aussi une dimension écologique au-delà des modes de déplacements doux et de la plantation de fruitiers, avec la protection de la faune. Exemple original : l’aménagement réalisé dans le tunnel de Lignairolles pensé en fonction de la présence de chauves-souris. Un gîte à chiroptères a été créé l’année dernière et un éclairage bas, plus adapté à la vie de l’espèce, sera installé cette année.

Des vélos à la fête

Le Département a mis en place en 2018 un véritable plan vélo afin de favoriser les déplacements des Audois.es, mais aussi d’inciter les touristes à découvrir les paysages de notre territoire. « Le Département agit en aménageant des équipements comme la voie verte et aidera les collectivités qui développeront des pistes cyclables pour s’y relier par exemple », souligne Alain Giniès, vice-président du conseil départemental en charge de l’environnement. Le Canal du Midi, la voie verte et l’axe « La Méditerranée à vélo » sont prioritaires. L’objectif est de tripler rapidement le réseau de pistes cyclables.