L'eau, une ressource à préserver

Source de vie, l’eau est au cœur des préoccupations du Département. Malgré d’importantes précipitations en hiver, nous connaissons de nombreuses périodes de sécheresse. Résultat : l’eau vient régulièrement à manquer dans l’Aude. Pour revenir à l’équilibre, le plan stratégique Aude 2030 prévoit la réduction des consommations et la préservation des ressources. 

Publié le

Ouvrir le robinet et faire couler de l’eau. Un geste simple, quotidien et tellement anodin qu’on en oublie parfois que l’eau est rare et précieuse. Preuve de son engagement sur la question, le conseil départemental a adopté une stratégie ambitieuse, développée dans le programme Aude2030, qui s’articule autour de deux axes. D’une part, sécuriser l’alimentation en eau et soutenir les usages économes. D’autre part, améliorer la qualité de l’eau et garantir sa préservation à long terme. Avec cet objectif: équilibrer nos ressources et nos besoins, alors que ces derniers étés, nous avons accusé un déficit de 16 millions de m3 d’eau.

 

Protéger les réserves d'eau

Il faut tout d’abord protéger les ressources, c’est-à-dire les réserves d’eau dans les nappes phréatiques et les rivières. Pour ce faire, le Département agit pour que les interventions autour des ressources en eaux souterraines stratégiques soient coordonnées. Le Département appuie également les collectivités locales pour l’optimisation de l’accès et le renforcement de l’utilisation rationnelle de l’eau « brute », en proposant ses compétences en ingénierie et assistance technique. 

 

Réduire les consommations

D’ici 2030, on estime qu’il faudra 6 millions de mètres cubes d’eau supplémentaires pour répondre aux besoins des Audois.es. La ressource en eau n’étant pas extensible et déjà en déficit, il faut réduire les consommations. D’abord en luttant contre toutes les formes de gaspillage, dans les collectivités comme chez les particuliers. Cela passe par la recherche de fuites (sur les canalisations communales, au domicile) et l’adoption de comportements sobres (une douche plutôt qu’un bain, arroser le soir ou tôt le matin plutôt qu’en pleine chaleur...). Le monde agricole joue aussi un rôle majeur dans la consommation d’eau et doit continuer à développer des pratiques sobres et respectueuses de la biodiversité.

 

Lutter contre la pollution

La stratégie départementale vise enfin à garantir une qualité optimale de l’eau. Pour cela, le Département s’est engagé dans la démarche Zéro Phyto dès 2016 pour supprimer l’utilisation des pesticides qui menacent les cours d’eau ou les eaux souterraines. Il apporte un soutien technique et financier aux installations de potabilisation et aide les communes à améliorer les performances des stations d’épuration et la qualité des rejets (valorisation des boues, plans d’épandage). Enfin, le Département apporte un soin particulier à certains milieux naturels, dont les zones humides, qui ont un impact particulier sur la qualité et la quantité d’eau et le maintien de la qualité de sa biodiversité. 

 

L'observatoire de l'eau, un outil stratégique

Savoir quel est le niveau des masses d’eau dans les réserves superficielles et souterraines, comprendre et suivre le fonctionnement des nappes phréatiques à long terme est indispensable pour bien gérer la ressource et assurer les approvisionnements. Pour avoir une information précise et des données multiples, le Département s’est doté d’un outil performant : l’Observatoire de l’eau. Cette base de données, associée à des réseaux de mesures environnementales, agrège des informations sur le long terme, et constitue un outil de pilotage et d’aide à la décision en cas de sécheresse. Il permet d’orienter les travaux d’aménagement et d’infrastructures. Les données sont issues de plus de 50 points de mesure, ce qui permet d’avoir une connaissance fine des ressources.