La patate chaude du retour aux 90km/h

Hervé BARO, président du groupe majorité départementale et vice-président du conseil départemental de l'Aude, s'est exprimé sur le retour aux 90km/h en zone rurale, possibilité faisant suite à la mesure controversée de la limitation à 80km/h sur les routes départementales, mise en place par le gouvernement d'Edouard Philippe en juillet 2018.

Publié le

La mesure « totem » du gouvernement des 80 km/h, mesure hautement impopulaire, est considérée à juste titre comme l’un des multiples détonateurs de la crise des gilets jaunes et son impact psychologique chez les gens a été énorme, car ils ont vécu cela comme une énième norme, une obligation de plus, imposée aux territoires ruraux par des technocrates parisiens qui ne connaissent que le métro, le bus ou le RER. 

Mais plus que le bien-fondé de la mesure, c’est la méthode employée par le gouvernement qui est contestée par tous. Aucune concertation avec les élus des départements n’a été faite et lorsque ces élus ont tenté de faire entendre raison à ce gouvernement, ils n’ont reçu que des réponses méprisantes, infantilisantes voire culpabilisantes. Cette vision parisienne de la sécurité routière nous a été imposée uniformément, sans aucun pragmatisme, sans aucune connaissance des réalités des mobilités dans les territoires. 

Et aujourd’hui, après avoir mis le feu aux poudres, voilà que notre président de la République ouvre la porte à un dialogue territorial pour trouver des solutions intelligentes et mieux adaptées sur la limitation de vitesse à 80 km/h. Le Premier ministre a confirmé cette tendance ne voyant aucun inconvénient à ce que les présidents des départements prennent leurs responsabilités en relevant à 90 km/h la vitesse maximale sur les routes départementales, et dans la foulée, lors de l’examen du projet de loi d’orientation des mobilités à l’Assemblée nationale, les députés ont adopté un amendement dans ce sens. Amendement insidieux s’il en est, puisqu’il renvoie cette décision aux présidents des départements, uniquement, leur laissant la responsabilité d’assumer un changement de vitesse autorisée alors que la décision initiale a été prise sans eux. 

Au Département de l’Aude, nous assumerons cette responsabilité, avec discernement et en prenant en compte la réalité de ce qui se passe sur nos routes départementales. Nous avons une bonne connaissance de notre territoire néanmoins, nous pensons qu’il est important que les décisions que nous prendrons soient éclairées par l’ensemble des responsables de la sécurité routière, car la sécurité routière est un enjeu d’intérêt général, qui incite à adopter une procédure simple, efficace, comprise par tous pour être acceptée. 

Alors oui, sur certains tronçons, la vitesse maximale sera remise à 90 km/h et certains resteront à 80 km/h. Cependant, cette décision sera prise en concertation, au cas par cas, après analyse des endroits dangereux ou accidentogènes, avec la sécurité des usagers en ligne de mire et pour seul objectif