Les projets routiers du Département

25 millions d'euros sont consacrés, chaque année, par le département de l'Aude aux projets routiers : aménagements de voies, d'ouvrages d'art, créations de giratoires... mais aussi à l'entretien du réseau. 2019, et les deux années à venir, ne dérogeront pas à la règle mais seront forcément marquées par les travaux de remise en état du réseau routier endommagé lors des intempéries du 15 octobre.

2019/2021 : reconstruction et grands projets sur les routes audoises


C'est une année complexe qui attend la direction des routes du Département. Au programme : la poursuite de la réfection de nombreux secteurs routiers et la reconstruction de certains ouvrages, notamment des ponts.

Immédiatement après le drame du 15 octobre 2018, les équipes du Département ont travaillé sur près de 400 secteurs routiers endommagés ou bloqués. Trois semaines plus tard à peine, la RD620 était rouverte à Villalier et, un mois après, un pont provisoire était en place à Villegailhenc. L'essentiel des travaux s'est concentré sur les secteurs du Grand Carcassonnais, du Lauquet, du Val de Dagne et dans une moindre mesure du Narbonnais.

Mais, pour autant, de grands projets, contribuant à améliorer confort et sécurité des automobilistes, se poursuivent, et de nouveaux vont être lancés dès cette année et l'an prochain. 
Des chantiers souvent longs à réaliser ; il faut, en moyenne, 10 ans entre l'idée et l'ouverture aux usagers. Dix ans consacrés aux études diverses, aux procédures réglementaires, et bien sûr aux  travaux eux-mêmes. Ainsi cet été, un projet particulièrement  important connaîtra son aboutissement, celui de la rocade Est de Narbonne, dont les travaux ont débuté au printemps 2017.

D'autres réalisations seront engagées, de la voie de liaison entre la RD623a et la RD118 à Limoux, en passant par l'élargissement de la RD102 entre Fanjeaux et Gaja-la-Selve, ou encore l'aménagement de la RD610 entre Puichéric et la Redorte et une série d’aménagement qui ont pour objectif d'améliorer la sécurité de certaines intersections.

Tour d'horizon. 

Les travaux liés aux inondations

Dans les semaines qui ont suivi les intempéries du 15 octobre, 5 millions d'euros ont été rapidement engagés par le Département pour engager de nombreuses actions sur les routes audoises, essentiellement dans les secteurs du Grand Carcassonne, du Lauquet et du Val de Dagne. Quatre cents zones endommagées, plus ou moins gravement, du petit éboulis à l'effondrement d'un pont avait été répertoriés. De nombreux travaux ont d’ores et déjà été effectués. Mais le Département doit planifier, en 2019 et 2020, de nombreuses autres opérations pour reconstruire le réseau. Entre quinze et vingt millions d'euros seront ainsi engagés sur cette période. Le pont de Villegailhenc, entièrement détruit, a laissé un trou de plus de 40 mètres. Il a été remplacé par un pont provisoire du Centre nationale des ponts et secours dans le mois qui a suivi les inondations. Son montage a nécessité trois semaines. La construction du nouveau pont, le plus gros chantier de la reconstruction, va nécessiter plusieurs années : dès le printemps 2019, des études hydrauliques sont lancées, préalables incontournables à la reconstruction de cet ouvrage. L’une de ces études est conduite par l'Etat. Elle vise à diagnostiquer l'impact de la crue sur le bâti. L'autre, menée par le Département, portera sur les caractéristiques de l'ouvrage lui-même (longueur du pont). La question de la destruction éventuelle de maisons, à proximité du pont, sera au cœur des débats, et le choix de la nature et de la taille du pont dépendra des arbitrages effectués par l'Etat. Ce dossier sera, par conséquent,  assez long à finaliser. En revanche, pour les deux autres ponts de Salsigne et d'Aragon, les études hydrauliques seront lancées durant ce printemps 2019 pour des travaux programmés début 2020. De nombreux chantiers seront réalisés au printemps pour remettre en état des talus ou des routes, comme celle conduisant de Villedubert à Carcassonne qui avait servi de déviation pendant plusieurs semaines.

La rocade Est de Narbonne

Les travaux de la rocade Est de Narbonne, qui ont débuté en mars 2017, s'achèvent cet été 2019. Un réalisation très attendue qui boucle le réseau de contournement de l’agglomération narbonnaise, en reliant les échangeurs autoroutiers Narbonne-Sud et Narbonne-Est. Le tronçon réalisé permet de relier le rond-point de la route de Béziers, sur la RD6009, et celui dit « de l’amphore » (échangeur Narbonne-Est et route des plages). Ce dossier qui vise à désengorger la circulation dans le centre de Narbonne a longtemps été retardé au moment du transfert du dossier de l'Etat au Département, en raison des nouvelles lois hydrauliques et environnementales qui ont imposé des contraintes et études supplémentaires. Depuis le début de l'année, les terrassements ont été achevés, ainsi que les couches de forme. Les enrobés ont été réalisés en mai/juin, suivis de la pose des équipements béton, glissières et panneaux anti-bruits. Ces écrans sont posés, côté ouest de la rocade, sur près de 3300 mètres. Sept habitations bénéficient de protections de façade (pose de double vitrage). 

En chiffres : coût 12 M€ ; distance 2,7 km de voies


Environnement et protection des espèces
Parallèlement à l'ouverture de la rocade se poursuit le travail dit de compensation. Pour répondre aux recommandations de la nouvelle règlementation sur l'environnement et la protection des espèces, le Département a créé deux zones pour compenser l'impact de la rocade sur les 12 ha d'emprise. Une zone de friche sèche (pour les reptiles et mammifères) a été choisie sur la commune de Narbonne à proximité de Marcorignan et de Névian. Sur ces anciennes vignes, des parties rocheuses sont aménagées, pour aider au maintien de ces espèces. La convention passée par le Département avec la commune porte sur 30 ans. Celle conclue avec le syndicat hydraulique du Raonel porte sur une zone humide de 3 km de canaux et assure sa protection, en favorisant la communication des canaux pour les campagnols et batraciens. 
 


Le raccordement d'Alzonne

L'aménagement de la sortie Ouest d'Alzonne se poursuit cette année. Le Département avait repris le dossier au début des années 2000 et un giratoire avait été réalisé sur la RD6113, dès 2011, permettant de relier la RD à la zone d’activité. Le prochain chantier consiste à créer un raccordement entre la RD6113et la RD 34 en direction de la montagne Noire. L'aménagement de cette voie a pour objectif de dévier un certain nombre de poids-lourds afin d'alléger le trafic routier au cœur de la commune. Le chantier qui porte sur une longueur de 800 mètres sera effectué en deux tranches. En 2019, seront lancées les opérations de terrassements et de création d'un ouvrage d'art. Les enrobés seront réalisés début 2020, pour une ouverture prévue à l’été 2020.

En chiffres : coût 3 M€ , distance 800 mètres de voiries.

L'élargissement de la RD102 entre Fanjeaux et Gaja-La-Selve

Un grand nombre de poids lourds et d'engins agricoles utilisent la RD 102, entre Fanjeaux et Gaja-La-Selve. Une particularité qui engendre une dégradation des bas-côtés et de la route, elle-même, et qui peut occasionner des difficultés de croisements. Le Département a donc décidé de procéder à l'élargissement de la voie sur les 10 km de distance qui séparent les deux communes. Les premiers travaux débuteront dès la fin 2019. L’objectif ici est d'élargir la route, de moins de 5 mètres actuellement  à 6 mètres avec la matérialisation d’accotements. Des ouvrages d'art vont également être élargis et un giratoire sera créé au croisement de la RD102 et de la RD6 qui conduit à Castelnaudary. L'opération qui sera étalée sur plusieurs années sera conduite par tranches : une phase consacrée au giratoire, une à l'élargissement de la voie et une autre à l'élargissement des ouvrages.

En chiffres : coût 5 M€ , distance 10 km de voies.

La voie de liaison entre la RD623a et la RD118 à Limoux

Ce projet est la poursuite de l'aménagement de l'entrée de Limoux entre la RD118 venant de Carcassonne et la RD623a menant à Castelnaudary. Un premier tronçon, de 500 mètres de long, entre la RD118 et la nouvelle gendarmerie, situé Combe Loubine Est, avait été réalisé en 2008. Le dossier de ce chantier a été repris en 2015 au vu de la nouvelle loi sur l'Eau et a fait l'objet des fouilles archéologiques obligatoires. Les travaux du deuxième tronçon, long de 1 100 mètres, débuteront courant 2020 et seront concentrés sur le le secteur Roseaux, Couteille et Gauguin jusqu'à la RD629 où sera créé un giratoire. La voie sera élargie pour atteindre les 6 mètres et sera aménagée pour favoriser les déplacements doux (piétons et vélos) et mieux desservir les lotissements, le collège Joseph-Delteil et le stade de l'Aiguille. La première tranche vise à réaliser les aménagements pour limiter l'impact hydraulique des deux ruisseaux, encadrant la voie, et favoriser leur passage sous la voie ferrée vers l'Aude. L'objectif de ces travaux est de favoriser les déplacements du nord vers l'ouest de Limoux, en évitant le carrefour de l'Aiguille, souvent saturé, et de lutter contre le trafic « parasite » dans les lotissements du secteur qui pose de vraies questions de sécurité.  

En chiffres : coût 6,1 M€ , distance 1,100 km de voies.

 
L'aménagement de la RD610 entre Puichéric et La Redorte

Ces travaux marqueront l'achèvement de la liaison entre l'Aude, depuis Trèbes, et l'Hérault par la RD610 dite « La Minervoise ». Ils concernent le dernier tronçon entre Puichéric et La Redorte sur un peu plus de 5 km. Les derniers travaux dataient de 2013-2014 à l'entrée de Puichéric. L'objectif, comme sur l'ensemble de la voie, est d'élargir la RD610 jusqu'à 7 mètres. Est également programmée, la suppression d'obstacles : des poteaux électriques doivent être déplacés et certains arbres devraient être abattus. Ces aménagements visent à sécuriser cette partie de la liaison entre Trèbes et l'Hérault. Les travaux devraient débuter à la fin 2020/début 2021 et durer plusieurs années.

En chiffres : coût 4 M€ , distance 5,2 km de voies.