POEMA NEWLAND La kitesurfeuse qui décolle !

Poema Newland, jeune bachelière du lycée Louise-Michel de Narbonne, a débuté le kitesurf il y a tout juste trois ans. Depuis, elle enchaîne les performances : un titre de championne de France junior, une sélection en équipe de France et un classement dans le top 5 mondial en Twintip Racing. Sans oublier une médaille d'argent cet automne aux Jeux olympiques de la Jeunesse à Buenos Aires. Rencontre avec une surdouée de la glisse.

Publié le

Comment êtes-vous devenue championne de kitesurf en trois ans ?
J'ai d’abord beaucoup joué au handball à Narbonne quand j’étais plus jeune. Mais cela faisait longtemps que mon père, professeur d’éducation physique et sportive, proposait de me faire découvrir la planche à voile et le kitesurf. Au début, j'ai accepté pour lui faire plaisir, mais j'ai tout de suite aimé ! J'ai effectué un premier stage de deux semaines en 2015 puis j'ai intégré le pôle espoir de kitesurf de Leucate. Tout est allé très vite !

Qu'est-ce qui vous plaît dans ce sport ?
Beaucoup de choses ! J'aime être proche de la nature, sur l’eau, et ne pas être enfermée dans une salle de sport. La glisse, c’est la liberté. Et puis j'aime aussi la compétition.

 « La glisse, c'est la liberté »

Cela suppose pas mal de sacrifices ?
Cet été, après les épreuves du bac, entre les compétitions et les stages avec l'équipe de France, je n'ai passé que deux semaines seulement chez moi. J'avoue que c'est un peu fatigant. Heureusement, mes parents sont à fond derrière moi. Je m'entraîne beaucoup sur mon nouveau format de Twintip Racing et quand je ne suis pas sur l'eau, j'essaye de faire deux heures de sport par jour : course à pied, musculation, cardio, etc.

Le Twintip racing, justement, qu’est-ce que c’est ? 
C’est une discipline qui allie vitesse et technique, avec du slalom et des obstacles à sauter. Nous sommes quatre à douze kitesurfeuses sur la ligne de départ. Tout va ensuite très vite. Le départ s’effectue lancé et la course dure environ trois minutes sur un parcours en « W ». C’est très intense !

Quels sont aujourd'hui vos objectifs ?
J'ai envie de faire de grandes études. Je voulais m'inscrire en classe prépa, mais avec les compétitions, ça n'a pas été possible. J'ai finalement été prise en IUT Techniques de commercialisation à Toulouse où mon emploi du temps va être aménagé en tant que sportive de haut niveau. Mais au-delà du sport, j'aimerais partir en Australie pour y poursuivre mes études dans le commerce et les relations internationales. Et qui sait, en fonction des épreuves retenues par le CIO, représenter la France lors des Jeux olympiques de Paris en 2024 !