Dans la peau de Suzanne DELON

Suzanne Delon
Trésorière bénévole de l'association Aude Solidarité, qui vient en aide aux sinistrés.

Publié le

Moi-même sinistrée en 1992, je me devais de venir en aide
à mon tour.

Réactivité

L’association, créée en 1988, opère lorsque des catastrophes naturelles surviennent dans l’Aude ou sur tout le territoire national. Dès le lendemain des inondations du 15 octobre, je n’avais d’autre alternative que de lancer un appel aux dons. Moi-même sinistrée en 1992, je me devais de venir en aide à mon tour. Sitôt l’accord de Roland Courteau, le président de l’association, et d’André Viola, président du conseil départemental, le processus s’est mis en marche très rapidement.

 

Mobilisation

Lors d’un appel aux dons comme celui-là, mon engagement est total : entre la≈coordination avec les communes du département, l’enregistrement des dons auprès de l’administration, le traitement des dossiers, les remerciements aux donateurs, etc. Pascale Falcou et Robert Delon, secrétaire et membre du bureau, sont venus m’épauler certains jours. Aujourd’hui, je reste  mobilisée à mi-temps.

 

Commission d'attribution

Les dossiers montés par les sinistré.es avec les services sociaux du Département sont examinés par la commission d’attribution dont Aude Solidarité est la cheffe de fil. Selon les besoins, différentes aides sont versées, notamment pour les dégâts causés sur les biens immobiliers, les véhicules ou le paiement des factures d’électricité majorées par l’utilisation des déshumidificateurs.

 

Convention avec les donateurs

Depuis le 15 octobre, nous avons reçu plus de 3 250 dons en chèques et virements de la part de particuliers, entreprises, collectivités, associations, etc., pour un montant total de 2,5 M€. À partir d’une certaine somme, le don doit faire l’objet d’une convention entre le donateur et l’association, que nous rédigeons. Puis, chaque donateur reçoit un remerciement officiel ainsi qu’un reçu fiscal. La totalité des dons est reversée aux sinistré.es.

 

1700 € en moyenne par sinistré 
Depuis les inondations, près de 1 500 dossiers ont été examinés. Chaque sinistré a reçu en moyenne une indemnisation de 1 700 . Ce versement ne se substitue pas aux remboursements des assurances, il vient en complément. Pour monter un dossier, le sinistré doit prendre rendez-vous avec un travailleur social d’un centre médico-social.