Adam Laloum, un pianiste à Lagrasse

Adam Laloum
Pianiste émérite, Adam Laloum a cofondé en 2015 Les Pages musicales de Lagrasse, ce festival de musique de chambre qui se tient jusqu’au 9 septembre.

Publié le

C’est un rêve que beaucoup de musiciens caressent. Celui de voir naître un festival à leur image, où les rencontres se mêlent aux liens tissés au fil des ans. Adam Laloum y songeait secrètement, entre deux concerts de piano. Jusqu’à ce que ses pensées trouvent un formidable écho dans l’église Saint-Michel de Lagrasse, autour d’un orgue fièrement restauré grâce à une poignée de passionnés. Adam Laloum y a rencontré Jean-Hugues Guillot, de l’association des Amis de l’orgue… et une terre d’accueil pour son festival. 

La première rencontre d’Adam Laloum avec le piano à l’âge de 6 ans n’avait pourtant pas été très concluante. « Je bougeais trop, j’avais besoin de mouvement », sourit-il aujourd’hui. C’est finalement seul qu’il apprendra à lire les partitions, avant de demander à reprendre des cours, pour ne plus jamais quitter le piano. « La musique, c’est un domaine infini dans lequel on peut s’exprimer librement », apprécie-t-il.

Avec la musique, on peut s’exprimer librement.

S’il reste discret sur son parcours – jalonné en 2009 d’un 1er prix au prestigieux concours Clara Haskild et d’une Victoire de la musique classique en 2017 –, il évoque volontiers Les Pages musicales de Lagrasse, dont il est aujourd’hui le directeur artistique et pour lequel il assure la programmation. Un travail de longue haleine afin de trouver les bons accords entre musiciens et d’organiser des concerts à formations uniques. Et ces rencontres d’un soir restent inoubliables. « Certains spectateurs reviennent en espérant revoir tel et tel artiste jouer ensemble », constate Adam Laloum. C’est parfois le cas. Parfois pas. Mais jamais, toutefois, il n’y a de rendez-vous manqué. Le public est toujours là. « Il y a une sorte de magie qui opère entre les personnalités présentes, le charme du village… et quelque chose dans l’air, peut-être.