Avancer sans renoncer à l'essentiel

Au quotidien, le conseil départemental de l’Aude affirme, résolument, son choix d’être une terre solidaire.

Un contrat pour l'Aude à venir

Depuis de nombreuses années, le Département est engagé dans la mise en œuvre de politiques publiques innovantes, dans les domaines des solidarités humaines, des solidarités territoriales, du développement de services au public, de la protection de l’environnement, de l’épanouissement de tous. En 2010, était voté le projet durable des Audois Audevant ! Des engagements, consignés dans des programmes d’action – appelés schémas - ont alors été pris. Ainsi, ont été posés à la fois les objectifs politiques et les moyens à mettre en œuvre pour les atteindre. Trois principaux programmes structurent ainsi les interventions du conseil départemental : 

Les politiques publiques menées par le Département découlent de ces documents stratégiques et se structurent autour de deux axes : agir au plus près des habitants et accompagner les populations les plus fragiles et veillent à prendre en compte les évolutions de la société pour anticiper l'Aude à venir.

« Nous avons surtout été élus pour anticiper l’Aude de demain, pour préparer l’avenir. Pour avancer, sans renoncer à l’essentiel. Et donc pour agir. Alors que le monde change à la fois continuellement et parfois brusquement, ce qui nous est demandé peut paraître paradoxal : nous devons maintenir un cap, tout en nous adaptant. Pour ce faire, il faut sortir du confort, du connu et du stable, pour aller vers encore plus d’adaptabilité et de flexibilité. Tout en étant fermes dans nos valeurs et dans les principes qui guident notre gestion des affaires publiques et de la vie politique, au sens le plus noble du terme. »

André Viola, président du conseil départemental de l’Aude

  • Alors que le Département joue un rôle incontournable et reconnu en matière de solidarités humaines et territoriales avec des moyens limités, il ne peut méconnaître les interpellations qui se font jour et les nombreuses attentes des Audois. S’il ne peut pas tout, il peut et doit, à sa juste place, jouer son rôle en réorientant certaines de ses actions pour avancer vers de nouveaux horizons possibles. En effet, face aux mutations du monde, le Département est au cœur des principales transitions qui sont en cours et doivent s’amplifier. Ses compétences principales, les solidarités humaines et les solidarités territoriales, font de lui l’acteur majeur tant de la proximité avec les Audois que de la relation avec les autres territoires

#TRANSITION SOLIDAIRE

Regarder la situation avec lucidité et optimisme

  • Loin de la caricature que certains cherchent à en faire, il faut regarder avec lucidité la situation économique et sociale de notre département pour orienter nos actions politiques. L’Aude possède un taux de bénéficiaires des minimas sociaux conséquent et les jeunes sont parmi les plus pauvres de France. Cependant, la qualité de la vie, et son coût, sont sans commune mesure avec les départements plus urbanisés, qu’ils soient voisins ou éloignés de nous. Ainsi, le département se révèle attractif et conserve globalement une démographie positive depuis de nombreuses années maintenant. A l’instar du reste du pays, sa population est vieillissante mais, phénomène à souligner, ici, l’hébergement à domicile est plus conséquent quelles que soient les tranches d’âge des seniors considérées. 

  • Pour faire face à ces caractéristiques et tenter d’inverser la tendance lorsqu’elle se révèle négative, de nombreux acteurs publics agissent, individuellement ou en partenariat. Cependant, il importe d’être encore plus offensif en la matière.
  • Ainsi, le Département s’engage à impulser la transition solidaire et à assumer son rôle en la matière. Une façon de l’accompagner et de la mettre en œuvre aurait pu être l’expérimentation du revenu de base sur le territoire départementale. Cependant, d’autres ressources sont mobilisables et plusieurs actions concrètes vont être réalisées.

Des contrats avec les intercommunalités audoises

  • Durant les prochaines années, le Département renforcera le partenariat mis en œuvre avec les différents acteurs des solidarités humaines, en assurant la fonction de chef de file que lui a confié le législateur.
  • Pour enrichir l’offre d’accompagnement des populations les plus fragiles et leur permettre d’obtenir des réponses adaptées à leurs besoins, le Département signera des contrats avec les intercommunalités compétentes en matière d’action sociale.

La création de maisons des solidarités

  • Pour s’adapter aux évolutions démographiques et aux nouvelles attentes des publics, la présence territoriale de la solidarité départementale sera réorganisée avec la création de maisons départementales des solidarités, qui prendront appui sur les 10 centres médico-sociaux actuels. Elles pratiqueront l’accueil inconditionnel de tous les Audois. Cela signifie que chaque Audois pourra s’informer sur ses droits et obtenir une première réponse par un agent du Département quel que soit son lieu de résidence, avant d’être orienté, si nécessaire, vers un service plus spécialisé.

+ de maisons de services au public

  • Par ailleurs, des liens devront être développés entre le service public départemental et les autres services au public afin d’accroître l’offre de maisons de services au public sur le territoire audois.

#TRANSITION TERRITORIALE

  • Alors que trop souvent, les habitant.es ressentent une déconnexion grandissante avec l’administration, nationale certes, mais aussi parfois locale, la transition solidaire que le Département veut entreprendre vise en premier lieu à amplifier cette proximité avec le service public départemental. Cette même logique doit s’appliquer à la deuxième transition sur laquelle le Département souhaite apporter des solutions : la transition territoriale.

Accompagner les communes

  • Le Département de l’Aude est reconnu pour son soutien aux territoires à travers ses investissements sur les projets qu’il porte, notamment dans le domaine routier, mais aussi via les subventions versées aux communes et aux intercommunalités pour mener à bien leurs propres projets, ou encore en portant le déploiement de projets d’intérêt collectif comme le déploiement du très haut débit
  • Après avoir nommé en 2017-2018, quatre chefs de projets territoriaux pour créer une relation plus proche entre les communes et les départements, il souhaite aussi accompagner les territoires par d’autres biais, pour certains déjà mis en œuvre et à amplifier, pour d’autres à créer, afin de dynamiser le lien entre le Département et les autres territoires et enclencher ensemble la transition recherchée. 

Expérimentation d’un contrat d’innovation sur les 5 territoires

  • Concrètement, le Département contractualisera avec une ou plusieurs communes autour d’objectifs communs qui participent à l’amélioration de l’environnement ou qui proposent des actions innovantes. Ce nouveau dispositif sera expérimenté en mettant en œuvre dès 2019 un contrat sur chacun des cinq territoires audois (Lauragais, Carcassonne, Haute Vallée, Corbières-Minervois, Narbonnaise) avant de l’élargir si la preuve est faite de son efficacité.

Accompagner les économies d’énergie et lutter contre la précarité énergétique

  • Elargir le périmètre d'intervention du SLIME : Le Département souhaite continuer à accompagner les Audois, nouveaux comme déjà installés, dans la gestion de leur habitat. Avec le service local pour l’information sur la maîtrise de l’énergie (SLIME), le Département accompagne les économies d’énergie, avec des conseils et des diagnostics personnalisés. Le périmètre d’intervention de ce service, aujourd’hui concentré dans le territoire Corbières – Minervois, sera élargi.
  • Création d’une ADIL Aude : Après une expérimentation de 2 ans avec l’ADIL31, le Département s’engagera dans la création d’une ADIL départementale, agence qui accompagne gratuitement et en toute neutralité les locataires ainsi que les propriétaires, bailleurs ou occupants pour toute question juridique relative au logement.

#TRANSITION ECOLOGIQUE

  • Face aux dangers du dérèglement climatique, la plupart des Audois veulent agir : être moins dépendant du pétrole ; consommer durablement ; réduire sa facture énergétique ; utiliser les mobilités douces ; manger local ; s’intéresser à l’économie circulaire… les objectifs ne manquent pas et le Département doit prendre toute sa place pour accompagner cette transition écologique primordiale pour notre avenir commun.

Un impératif et une opportunité

  • Le dérèglement climatique est un enjeu majeur pour les élus et les décideurs locaux. Il leur revient de créer les conditions du changement et de donner la direction en étant eux-mêmes exemplaires. L’ambition du Département est de parvenir à l’autonomie énergétique d’ici 30 ans. Il s’agit de réduire la pollution tout en stimulant l’économie de notre territoire. Car la transition énergétique et écologique, si elle est un impératif, est aussi une opportunité.
  • Cette stratégie de changement, nous l’avons élaborée avec l’ensemble des acteurs du territoire : collectivités territoriales, partenaires institutionnels, associations, experts de l’environnement et citoyens.
  • Convaincu que face aux changements qui s’opèrent dans le monde, nous devons aller plus loin, le Département se positionne comme un acteur majeur des politiques écologiques et environnementales. Prendre la voie de la transition écologique, c’est donner à voir et à comprendre ce que chacun d’entre nous, acteurs collectifs et individuels, avons à y gagner.

Accel’Air, le premier forum des solutions pour la transition énergétique et écologique

  • Pour partager avec tous cette stratégie mais aussi et surtout pour enclencher le changement et soutenir les initiatives remarquables partout dans le département, le Département organise Accel’air, le premier forum des solutions pour la transition énergétique et écologique, les 17 et 18 mai.
  • Une journée sera réservée aux élus et professionnels pendant laquelle ils pourront participer à des ateliers, des débats, des partages d’expériences inspirantes, y rencontrer des experts, des facilitateurs afin d’avancer dans leurs projets et s’inscrire dans la transition énergétique du département.
  • Une journée sera consacrée au grand public avec des ateliers participatifs, des forums, des débats, pour que chacun appréhende comment l’Aude s’organise pour atteindre l’autonomie énergétique d’ici 2050 et comment chacun peut agir pour un développement durable. 
  • Ce forum sera le point de départ pour renforcer la dynamique de la transition écologique et du développement durable.

Une politique de gestion de l’eau partagée et concertée

  • L’un des enjeux majeur en matière de transition écologique est la gestion de l’eau. Que ce soit en matière d’irrigation agricole et pour accompagner le changement climatique ou dans le domaine de la gestion de la ressource en eau, le Département agira pour préserver et réguler les utilisations de ce bien commun.
  • Lors de la session du 4 juillet 2019, spécialement dédiée à ce sujet, les élus seront appelés à voter les schémas directeurs qui définissent les politiques en matière de gestion de la ressource en eau, qui seront menées dans un cadre concerté et partagé avec les différents acteurs.

#TRANSITION DEMOCRATIQUE

  • Les Audois attendent de leurs élus qu’ils rendent possible une autre perspective de la vie en société.  Comme ils attendent d’être mieux pris en compte, d’être plus écoutés et plus régulièrement consultés et de participer plus activement à la gestion des affaires publiques.

Un impératif démocratique

  • Loin d’être une mode passagère, la participation citoyenne est un impératif démocratique dans une société où la coupure devient béante entre représentants et représentés.
  • Il existe une tradition fortement ancrée dans l’Aude en matière de démocratie participative, alors même que la demande de participation et de concertation n’était peut-être pas aussi forte qu’aujourd’hui.
  • Chacun a pu le constater ces derniers mois, les attentes sont claires et le constat ne l’est pas moins, il y a un fort besoin d’associer les citoyens et une nécessité de rompre avec la logique d’un pouvoir vertical où la décision ne réside que dans les mains de quelques-uns.

Un budget participatif doté d’1.5M€

  • Le Département lancera dès le 9 mai, le premier budget participatif des Audois.
  • Une enveloppe financière de 1.5M€ sera dédiée au financement de projets proposés et choisis par les Audois.
  • 3 principes
    • Des projets proposés par les Audois et choisis par les Audois
    • 1,5 million d’euros d’investissement mobilisé par le Département
    • Pour des projets réalisables dans l’année.
  • Des règles établies avec les Audois : Au-delà de ces trois principes, les autres règles, tel que de savoir qui peut voter, où, comment,… seront discutées et validées par les Audois eux-mêmes au cours de plusieurs réunions pendant le printemps 2019.
  • Un premier rendez-vous : le 9 mai, pour une soirée de présentation du budget participatif audois.
  • 20 réunions dans les cantons : Entre le 3 et 24 juin, dans tous les cantons, des réunions se tiendront après les bilans de mandat, pour construire collectivement les règles précises qui seront adoptées en session départementale tout début juillet.
  • Un bilan dans un an. Après cette première expérimentation, qui se clôturera dans un an, un diagnostic sera établi afin de décider si cette expérience soit être pérennisée.

Mener des expérimentations

  • Le changement de méthode passe aussi par une nouvelle façon d’agir : mettre l’expérimentation au cœur des décisions politiques. C’est-à-dire consentir à entreprendre sans avoir une vision nette et précise du résultat obtenu et se donner la liberté de réorienter l’action, de la généraliser voire de l’abandonner si les objectifs visés ne sont pas atteints. Il s’agit de faire preuve d’une plus grande adaptabilité, d’être plus flexible.

 

  •  

 

Les compétences du Département

Télécharger

A lire aussi : le rapport d'activté du Département