Sport

Des handbikers à la rencontre des Audois

Tour de l'Aude Handisport
Les concurrents du Tour de l'Aude Handisport ont pu visiter la Cité de Carcassonne, lors de l'étape Malves-Cazilhac.

En tandem, en handbike ou en tricycle, 50 concurrents ont bouclé du 11 au 14 septembre dernier les 250 km du 16e Tour de l'Aude Handisport. Une performance doublée de la volonté d'aller à la rencontre du public et particulièrement des enfants pour parler du handicap. Retour sur un vrai succès populaire.

Publié le

Pour la première fois, les concurrents du Tour de l'Aude Handisport ont pu visiter la Cité de Carcassonne, lors de  l'étape Malves-Cazilhac, et se sont promenés sur les remparts, désormais accessibles aux personnes à mobilité réduite. 

 

 

Tour de l'Aude handisport

 

Le Tour de l'Aude Handisport,  c’est avant tout des rencontres et des échanges avec la volonté pour les organisateurs de sensibiliser le public au handicap. 40 communes ont été traversées et beaucoup d'élus ont reçu les participants pour évoquer les aménagements à effectuer pour faciliter les déplacement des personnes à mobilité réduite.  Une quinzaine d'écoles ont aussi été visitées. L'occasion pour des enfants étonnés d'aller vers ces femmes et ces hommes auteurs d'une performance remarquable et de leur poser des questions, comme ici à Castelnaudary, où 600 enfants étaient réunis.

La 16e édition du Tour de l'Aude était plus courte que les précédentes, avec toute de même 250 km au compteur ! Mais les quatre étapes entre Trèbes et Castelnaudary, plus pentues, ont été très éprouvantes pour les 50 concurrents en handbike, tandem ou tricycle. Comme chaque année, les participants sont venus du Grand Sud, mais aussi de Châlons. Et, pour la première année, un Anglais a pris le départ de ce Tour pas comme les autres.

 Georges Abbamonte, à l'origine du Tour Handisport, a dû se contenter cette année de suivre le Tour en tant qu'accompagnateur. Quinze jours avant le départ, il s'est fait dérober son nouveau handbike. Un épisode malheureux qui ne l'empêche pas de porter un regard optimiste sur le handicap. « Depuis les années 90, grâce à ce Tour on fait la promo du handisport et on sensibilise les enfants et les élus. Depuis les débuts, beaucoup de communes font des efforts pour l'accessibilité, même s'il reste encore beaucoup
de travail à faire. »