Département de l’Aude
Allée Raymond Courrière
11855 CARCASSONNE Cedex 9

Vous êtes ici : Accueil > Environnement > Biodiversité > Rapaces de l'Aude > Les espèces de rapaces de l'Aude > Effraie des clochers

Effraie des clochers

(Tyto alba)

Voir l'image en grand

Photo : Michel Fernandez

Nom occitan : Dama blanca

Longueur : 33-39 cm

Envergure : 80-95 cm

Poids : mâle > 250 à 340 g / femelle > 310 à 370 g

Longévité : 10-15 ans

Effectif : non estimé

Identification : L’Effraie des clochers était communément appelée " Dame blanche " dans nos campagnes. En effet, son plumage très clair, presque blanc de dessous (roux dessus), et ses cris étranges (chuintements, ronflements, grincements) ont contribué à sa mauvaise réputation. Par le passé, elle était souvent clouée vivante sur la porte des granges pour " éloigner les mauvais esprits ".


Répartition : L'Effraie des clochers occupe une vaste aire de répartition englobant les régions chaudes et tempérées des 5 continents. En France comme en Europe, l'espèce se reproduit communément sur l'ensemble du territoire, excepté dans les zones montagneuses. Dans l'Aude, elle est devenue peu commune depuis quelques décennies, même si sa répartition reste assez homogène sur l'ensemble du département, uniquement en plaine.


Reproduction :
de 2 à 14 œufs sont pondus en avril et les jeunes quittent le nid en juin-juillet. Une seconde ponte peut intervenir, avant la fin de l’élevage de la première nichée, de début juin à début août, voire plus tard.

Habitat : Rupestre à l’origine, l'Effraie des clochers niche encore ponctuellement en falaise mais préfère s'installer dans des bâtiments anciens assurant un minimum d'espace obscur (granges, greniers de ferme ou de maison peu fréquentés, églises, châteaux, pigeonniers). Situés à proximité des constructions humaines, les territoires de chasse préférentiels comportent une forte proportion de milieux ouverts (prairies naturelles, lisières de champs, haies, friches, jachères, vignes et vergers). En revanche, les grands massifs forestiers sont rarement occupés et les zones de grande culture intensive évitées.


Régime alimentaire : Plus de 95 % de son menu est composé de petits rongeurs (campagnols, mulots, souris) et de musaraignes. La grande diversité des autres proies se compose principalement de passereaux (moineaux, étourneaux, hirondelles), plus rarement d'insectes, d'amphibiens et de chauves-souris.

Carte de répartition

Voir l'image en grand