Département de l’Aude
Allée Raymond Courrière
11855 CARCASSONNE Cedex 9

Vous êtes ici : Accueil > Environnement > Biodiversité > Rapaces de l'Aude > Les espèces de rapaces de l'Aude > Vautour Percnoptère

Vautour Percnoptère

(Neophron percnopterus)

Voir l'image en grand

Photo : Artepp

Nom occitan : Maria blanca

Longueur : 54 à 70 cm

Envergure : 146 à 170 cm

Poids moyen : 1,6 à 2,4 kg

Longévité : 30 ans

Effectif : 3-4 couples

Migrateur

Identification : Adulte, ce petit vautour est facile à reconnaître avec son plumage noir et blanc et sa tête fine souvent ébouriffée, à la face jaune-or. Les jeunes sont uniformément bruns, le blanc apparaissant progressivement avec l’âge.

En vol, sa queue cunéiforme et ses ailes longues et larges, presque rectangulaires, aux des rémiges digitées permettent de l’identifier aisément


Répartition : Le Vautour percnoptère est nicheur dans une grande partie de l’Afrique au nord de l’Equateur, dans la péninsule arabique, le sud-ouest et le sud de l’Asie. En Europe, il est présent dans tous les pays du pourtour du bassin méditerranéen mais n'est commun qu'en Espagne. En France, il se répartit dans les Pyrénées et la région méditerranéenne, de l’Hérault aux Alpes de Haute-Provence. Dans l'Aude, l'espèce s’est réinstallée dès 1992‐1994 sur le Plateau de Sault, puis en 1997 dans les Corbières.

Reproduction : Deux œufs sont pondus fin-mars ou courant avril. Les jeunes (presque toujours un seul) s’envolent en juillet-août.


Habitat :
Nicheur rupestre, le Vautour percnoptère occupe les paysages rocheux de moyenne montagne aux versants dénudés sans grande dénivellation ainsi que des vallées bien dégagées où il peut repérer facilement les petites carcasses dont il se nourrit. Il cherche sa nourriture en prospectant les milieux ouverts et semi-ouverts mais évite les zones forestières. A l’occasion, il ne néglige pas non plus les placettes d’alimentation mises à sa disposition ou bien l’opportunité d’une décharge inopinée.


Régime alimentaire : Charognard, le régime est déterminé par la taille et la nature des aliments disponibles : restes de viande, lambeaux de peau ou de viscères. Il se nourrit également d’amphibiens, de reptiles ou de petits mammifères écrasés, voire de fruits ou de légumes sur les décharges. L’espèce est également coprophage et consomme les excréments (bouse de vache, crottes de mouton) dispersés sur les pâturages.